Christian Demoulin, «Se passer du père ?» – Par Jean-Luc Vannier


Christian Demoulin, « Se passer du père ? », Coll. « Humus », Editions Eres, 2009 (Préface de Colette Soler)

Couverture de "Se passer du père?"

 

Centrale pour Freud -« la perte la plus radicale intervenant dans la vie d’un homme »- comme pour Lacan, la question de la « mort du père » demeure un serpent de mer de la psychanalyse : il ressurgit dans le réel à chaque débat sur l’autorité parentale ou sur les moyens de contenir la violence scolaire. C’est heureusement une approche complètement revisitée de cette problématique que Christian Demoulin, inscrit aux « Forum du champ lacanien » et membre du Comité de rédaction de « L’En-je », propose dans son dernier ouvrage. « Se passer du père, à condition de s’en servir » disait Jacques Lacan dans une formule célèbre… mais fausse nous rappelle en introduction de sa passionnante réflexion, l’analyste franco-belge malheureusement disparu en 2008. Passionnante à plus d’un titre pour son idée essentielle : elle entend précisément distinguer dans la vulgate lacanienne la « forclusion du nom-du-père » de l’« échec de la métaphore paternelle », le second n’impliquant pas forcément le premier.

La pensée de Christian Demoulin renvoie aux soucis du fondateur de l’Ecole Freudienne de Paris de bien « différencier névrose et psychose », de « dissocier la paternité du rôle du coït dans la procréation » en faisant notamment du premier un « signifiant » et, fidèle en cela à la démarche freudienne, de chercher à introduire la notion « dans le discours scientifique ». Avant d’en expliciter les nombreux remaniements au sein même des enseignements de Lacan, l’auteur nous invite à relire « D’une question préliminaire », où s’origine le concept aux multiples entrées de « forclusion du nom-du-père », afin d’y tenir la psychose pour un « franchissement du côté de la liberté », et non pour « un donné structural ». La métaphore paternelle se présente, explique avec clarté Christian Demoulin qui relève pourtant la « complexité de la formulation » dans les textes lacaniens, « différemment » selon l’approche freudienne, diachronique, événementielle et kleinienne, plus structurale, de l’œdipe : elle est illustrée par l’exégèse lacanienne du « Petit Hans » et montre que la « métaphore paternelle n’est pas incompatible avec tous les degrés de carence paternelle ». Et l’auteur d’en tirer toutes les conséquences cliniques : il critique l’approche de l’analyste dogmatique qui « psychotise le névrosé atypique » et regrette, « dans les années 80, une inversion de la charge de la preuve » où la puissance démonstrative de la structure l’emporterait face à la force signifiante de l’événement oedipien. « La marge fait partie de la page », conclut l’auteur dans une formule convaincante.

L’interrogation de Christian Demoulin n’est d’ailleurs pas solitaire. Dans un texte récent de janvier 2010, le psychanalyste libanais Amine Azar s’interroge lui aussi sur cette distinction de la position « paternelle » à propos des écrits de Rousseau et de ceux de Schreber : la résignation de Rousseau dans les « rêveries d’un promeneur solitaire » est une tentative plus ou moins réussie de « rafistolage de cette conscience éclatée », but que le président Schreber ne parvient pas à atteindre. Cette différence de destin sur le rapport envisagé par les deux auteurs à Dieu, amènerait, selon lui, le premier du côté de l’échec de la métaphore paternelle mais immergerait définitivement le second dans la forclusion.

Christian Demoulin s’aventure au-delà lorsqu’il évoque le « nom-du-père » sous la forme métonymique du « nommé à », en référence aux « Quatre discours », pendant lacanien des trois métiers impossibles de Freud : discours du Maître, discours de l’Université, discours du Psychanalyste auquel Lacan ajoute le discours de l’Hystérique qui pose la question du désir et celle de son identification, thématique située au cœur même de l’analyse. Désirer n’est certes pas un métier mais c’est bien ce dont se nourrissent -et ce qui nourrit- au quotidien, les praticiens du divan.

De cet ouvrage dont la richesse des références le dispute à l’honnêteté intellectuelle, on retiendra également les deux chapitres « Homosexualité et sexuation » et « Quelques réflexions sur Dieu et la psychanalyse ». Dans le premier, l’auteur règle fermement ses comptes avec le « courant des postlacaniens nostalgiques du patriarcat, prophétisant l’avènement d’un homme sans gravité ». Une allusion à peine voilée aux « Entretiens » de Charles Melman. Il en profite pour rétablir la vérité au sujet de la conception, injustement décriée, élaborée par Lacan dans les « Formations de l’inconscient » sur le choix d’objet homosexuel : « une inversion quant à l’objet qui se structure dans un œdipe plein et achevé ». Alors que se poursuit la querelle sur l’adoption par les couples gay et lesbiens, Christian Demoulin entend donc réaffirmer la compatibilité de cette « position » avec une « identification sexuée bien définie » et « l’exercice des responsabilités parentales ». Dans le second, l’auteur puise dans les ultimes séminaires de Jacques Lacan, de l’eau qu’il apporte à son propre moulin : délaissant Dieu comme « signifiant », le créateur de la « passe » met l’accent, à la fin de sa vie, sur la fonction divine de « nomination » en tant qu’elle fait « Loi ». Un dépassement du structuralisme où le « Dieure » postule l’antériorité du langage comme champ : « si Dieu parle, le langage le précède nécessairement » assure Christian Demoulin. Dieu dit et l’homme fait. Et rate. Dans l’absolu du consumérisme, « Discours du capitalisme » que l’auteur évoque également dans son livre, le dieu illusoire de la jouissance pervertit le désir et le transforme en donneur d’ordre, en signataire du bon de commande. On sait le peu de satisfaction que l’acheteur en retire. D’où sa conclusion personnelle : « il n’y a de bonheur que du symptôme »./.

 

Nice, le 19 février 2010
Jean-Luc Vannier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s