L’homme selon le DSM, le nouvel ordre psychiatrique, Maurice Corcos, -par Jean-Luc Vannier


L’homme selon le DSM, le nouvel ordre psychiatrique, Maurice Corcos, Albin Michel, 2011.

Lors de sa première séance sur mon divan, un chirurgien et professeur en médecine pourtant référé par un psychiatre niçois, réfute la dimension psychique de son mal-être : « je ne rêve jamais », me lance-t-il comme un défi. Une semaine après, l’analysant s’étonne des représentations oniriques qui peuplent ses nuits et qui dévoilent en partie les raisons inconscientes de son parcours professionnel.

A lire « L’homme selon le DSM » du psychiatre et psychanalyste Maurice Corcos publié chez Albin Michel, l’anecdote citée paraît presque dérisoire. Marqué par le « biologisme et le comportementalisme » destinés à réfuter l’hypothèse de l’inconscient, le Manuel Diagnostique et Statistique (DSM) qui vise à la classification internationale des maladies mentales, trahit la peur occidentale de « reconnaître que l’inhumain est chose humaine ». L’émotion, le ressenti et la souffrance psychique -celle qui permet notamment de donner du sens aux symptômes- inquiètent des sociétés désemparées et en quête d’un individu socialement normé et politiquement apaisé. Un symptôme qui n’est pas « l’explication d’une tare mais une ‘monstration’ », un témoignage. D’où la dénonciation, par celui qui dirige le Département de psychiatrie de l’adolescent et du jeune adulte à l’Institut mutualiste Montsouris de Paris, du « fourvoiement que constitue, dans le champ d’investigation qu’est la pathologie mentale, la captation par la science mathématique, du psychisme humain ».

Alors que s’élabore, sous la conduite de responsables médicaux chargés de séparer le « normal du pathologique », le futur DSM V, l’auteur critique la présence croissante de symptômes « plus facilement identifiables » et qui privilégient des repérages comportementaux « lourds » : non seulement, ces derniers justifient aisément les seules approches médicamenteuses mais cette « simplicité apparente » épargne en outre aux cliniciens tout questionnement trop subjectif, tout atteinte embarrassante à leurs propres affects. Tout comme elle offre aussi aux parents, dans certains cas, « un déni sur leur propre souffrance et sur la signification des troubles de leur enfant ». Les psychanalystes savent combien les étiquettes diagnostiques fournissent autant « d’identités substitutives » que de moyens techniques de résistance au traitement analytique.

La « philosophie », si l’on ose dire, du prochain DSM met davantage l’accent, par exemple, sur les délais requis, « mesurables » d’une dépression ou d’un travail de deuil lequel ne devrait pas dépasser deux mois : « le temps, c’est de l’argent », ironise Maurice Corcos. Elle fait aussi disparaître le critère de l’aménorrhée dans l’anorexie mentale, permettant « d’y inclure beaucoup plus de patients ». Sans parler du « syndrome de risque psychotique » ouvrant les portes d’une chimiothérapie préventive à un âge pourtant « charnière dans la construction de soi ». Et le spécialiste de rappeler que les Russes, avant la chute du mur, avaient inventé le diagnostic de « schizophrénie torpide, maladie psychotique sans symptôme manifeste mais dont on pouvait percevoir le bourgeonnement ». Mélange malsain des genres entre la médecine et la politique. « Le territoire statistique du DSM doit rester vierge de toute interprétation », déplore l’auteur : autant dire que la sexualité, horresco referens pour les rédacteurs du futur manuel, n’y a plus sa place sauf sous l’approche évidemment quantifiable des « troubles de l’hypersexualité ». Il en va de même pour les troubles de conduites ou le trouble oppositionnel avec provocation (TOP) : une de mes étudiantes en profonde souffrance reconnaissait que le plus « difficile dans son stage de vente en première année résidait dans le fait d’avoir dû être gentille plusieurs heures par jour ». L’un et l’autre seront désormais pris en charge par un « arsenal chimiothérapeutique » qui rejette la symbolisation et l’histoire personnelle, inconsciente du sujet : c’est oublier que « dans la haine, rappelle avec autant de force que de justesse le psychanalyste parisien, l’objet ne ment pas ». Le sujet non plus. L’homme selon le DSM sera cet humain affolé par son ombre et craintif de son passé : bref, un triste sire./.

Nice, le 14 février 2012
Jean-Luc Vannier

5 réponses à “L’homme selon le DSM, le nouvel ordre psychiatrique, Maurice Corcos, -par Jean-Luc Vannier

  1. avec le nouvel ordre psychiatrique le pire est à craindre. c’est le mérite de maurice corcos de nous en avertir. bien des livres critiques existent dans ce sens dans le monde anglo-saxon. l’interrogation pour ma part porte sur la représentation du patient de la part du « nouveau clinicien efficace ». quelle vision du monde ( Weltanschaung) est-il enfermé – quelle latitude à sa subjectivité dans l’esprit, je n’ose pas dire psychisme, de son thérapeute.
    hélas, les réponses thérapeutiques ne se contentent pas que de petites pilules, mais inclut dés à présent des batteries d’outils thérapeutiques signés de performance.
    au sens stricte de terme, je ne suis pas sûre qu’il s’agit de politique, mais plutôt d’un outre-passement, voire d’une négation de celle-ci. je crains qu’il s’agit d’une aliénation à la techno-science et ses illusions prometteuses de maîtrise et de contrôle une vague dangereuse.

  2. Un français

    Apprends à écrire en français pour commencer.

  3. Toutes les langues sont fausses. Bien ou mal écrites qu’est ce que cela peut te foutre pauvre con-stipé du cerveau?

  4. Franchement je me demande si monsieur Corcos a lu le DSMIV, l’accuser d’être comportementaliste et biologisant est déjà une contradiction, c’est ou c’est l’autre, il s’agit d’une manipulation des mots, sûr le DSMIV décrit des symptômes, mais de là à passer du symptome au comportement il y a une profonde malhonneteté, le DSM décrit les symptômes sans préjuger de l’étiologie, en cela il est semblable à la démarche nosographique classique, si je décris les symptômes d’un cancer, je ne préjuge nullment de son étiologie qui peut être diverse. Le DSMIV est dans une démarche semeiologique et non point comportementaliste. Le nouvel ordre psychiatrique que certains dénoncent relève du pur imaginaire ou de la propagande la plus vulgaire qui soit.Dire que le DSMIV nierait l’hypothèse de l’inconscient est une sinistre farce, l’inconscient tel qu’il est abordé aussi bien par la neuropsychologie ou la psychologie cognitiviste est 100 000 fois riche que l’inconscient freudien, inconscient étriqué reduit au seul refoulé sexuel, inconscient freudien qui était déjà en son temps un recul par rapport à l’inconscient de von Hartmann ou Janet.quant à la chimiothérapie, il faut savoir également que le DSM dès sa 3° version entrait dans un mouvement de démédicalisation… enfin le DSMIV est également une approche multiaxiale prenant en compte les facteurs biologiques, psychologiques, sociologiques et dans le DSMV les facteurs culturels.Pour en savoir plus lisez le traité de psychopathologie de Barlow et Durand aux éditions de Boeck, cela vous évitera de diffuser des contre vérités.

  5. Gilbert De Bruycker

    Thomas Insel, directeur de l’Institut national de santé mentale américain a déclaré que son institut n’appuierait plus sa politique de subventions de la recherche en psychiatrie sur le DSM. « Il y a un manque de validité », dit-il. Et de comparer les 297 pathologies recensées par le guide à un manuel de médecine, qui se contenterait de poser des diagnostics sur les douleurs de poitrine et le niveau de température, en ignorant la crise cardiaque et le SIDA…
    Pire encore, le principal responsable du précédent DSM, celui de 1994, le dr. Allen Frances, prédit que la version actuelle de l’ouvrage va « étiqueter de façon erronée des gens normaux, provoquer un inflation de diagnostics et encourager l’usage de médicaments inappropriés ». Si on continue ainsi, poursuit-il, nous aurons une pilule psychoactive pour chaque occasion de la vie.

    http://www.franceculture.fr/emission-l-hebdo-des-idees-controverses-autour-du-dsm-5-2013-06-21


    Dr Thomas Insel, director of the US National Institute of Mental Health, has denounced DSM criteria as invalid, not based on any objective measures and nothing more than constructs put together by committees of experts.

    As America’s most prominent psychiatrist, Dr Insel has labelled psychiatry a pseudoscience. And he is not alone.

    http://neurodrooling.wordpress.com/2013/05/21/have-the-dsm-committee-shot-themselves-in-the-foot/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s